Babar, le cauchemar des enfants

Publié le par Zanspi


Un titre accrocheur pour un article passionnant.
Et oui, cela fait un petit moment que l'idée avait germé dans mon petit crâne trop petit pour la contenir.
Le voila mûr, florissant et magnifique, mon article sur Babar : le roi des éléphants.

Vous vous interrogez surement encore sur ce titre. L'explication va suivre.
J'ai lu il y'a quelques semaines, sur un blog dont je taierai le nom que Babar était considéré par certains comme une oeuvre choquante pour notre jeunesse. Notamment le passage de son histoire où sa mère se fait sauvagement tuer par un braconier...
Loin de moins l'idée de vouloir polémiquer (non ce n'est pas un gros mots) mais je trouve ça dommage de se poser la question de savoir s'il faut interdire la diffusion de Babar aux enfants alors qu'il y'a des problèmes plus importants.

Enfin bref, ce n'est pas le réel sujet de cet article. Non le vrai sujet qui m'intéressait et qui m'a empêché de dormir pendant plusieurs jours était le suivant : Mais qu'est devenu Babar ?

Car oui c'est vrai, ce pauvre petit éléphant, on ne le voit plus...
Alors je me suis attelé à la tache énorme qui m'incombait de retrouver Babar.

Son histoire pleine de rebondissement et de bons sentiments est diffusée régulièrement sur la chaine Piwi.
Je me souviens encore du générique de l'émission, le matin quand je me levais tout content avant d'aller à l'école...(oui tout content d'aller à l'école...je ne retire pas ces mots :) ).

Les histoires écrites par Jean de Brunhoff, l'auteur original de Babar (qui créa le personnage à partir des histoires que sa femme racontait à leurs petites têtes blondes avant qu'elles ne s'endorment), sont passés dans le domaine public.
Si vous avez le courage vous pouvez en faire une Webd avec du flash, des effets de lumières et tout et tout pour remettre au gout du jour ce monument.

Je posterais plus d'infos si nécessaire, pour ceux et celles qui voudraient savoir ce qu'est devenu notre pauvre éléphant (tortionnaire de petits enfants).

Publié dans N'importe quoi

Commenter cet article