[The Angry Geek] La brêve sans le comptoir

Publié le par Zanspi


Un beau titre et une entrée en fanfare pour un nouveau venu au sein de ces pages.
Le Geek Hargneux viendra donner à ce site un souffle satirique, politiquement incorrect, sarcastique, honirique, bref, selon ces envies il tentera de vous remuer un peu...en tout cas de vous faire réfléchir (oui je sais c'est dur).

Une tribune libre lui est ainsi réservée à titre permanent (pour l'instant :P)
Je lui cède donc la place :





Une demi-heure à attendre avant d’aller traquer  le sandwich dans les allées de Carrefour.

Une demi heure à tuer, à abattre, à molester, tel l’invité surprise qui moleste votre divan jusqu’à ce que vous le molestiez de plus belle (parce qu’il ne faut pas charrier tout de même).

Alors il ne reste plus qu’à combler le vide de la manière la moins constructive possible ; n’y a-t-il pas mieux qu’écrire pour ça ? L’écrivain n’est il pas l’ennemi même de la productivité et de cette foutue notion de rendement de l’entreprise ? Je m’en vais donc vous narrer les raisons qui me poussent à vous torturer par clavier interposé.

 

Comme tout récit,  il faut débuter par dépeindre le héros et  sa vie,  ses espoirs déchus et  ses réussites afin d’amener l’innocent lecteur à prendre le héros en pitié/admiration/dégout rayer la mention inutile (ne rien rayer s’il s’agit d’un roman de Woody Allen, rayer les deux premiers pour Marc Lévy).  Alors soyons classiques mais pas trop, commençons par le contexte, on verra plus loin pour le héros.

 

 Soyez attentif, vous en connaissez surement dans votre entourage.

Ils s’agitent dans tous les sens, hurlent et courent dans l’unique direction du résultat. Ils ne pensent à rien d’autres, n’aspirent à rien et n’espèrent rien de plus que la misère intellectuelle qui les font se confondre avec leurs jobs. Mais qui sont-ils, ces suppôts du capitalisme ?

Ils sont vos chefs, vos collègues,  votre conjoint, et de manière plus générale celle ou celui qui vous pousse au cul le matin alors que vous n’aspirez qu’à vous rouler dans la couette en attendant l’apocalypse ou bien que le café se fasse tout seul.  Enfin, la force de conviction de l’électroménager étant infinie, vous cédez face à la cafetière et faites le jus infâme  dont vous êtes fier: recette familiale consistant à mêler entre eux une dose de cocaïne  pour douze doses de café (pour savoir s’il est réussi, plonger une cuillère dans la tasse, si elle ne se dissout pas, rajouter du café). 

 

Passons sur le reste des rites matinaux pour attaquer la partie la plus jouissive : le lieu de travail. Oh lieu sordide entre tous ! Il reste le siège de toutes les infamies et incongruités modernes.  Etant donné que ce n’est pas un roman, je ne m’étendrai que sur mon sordide, mon incongru et mon cul parce que c’est le mien (donc halte la, pan pan la matraque si vous y touchez).

Nous voila ainsi sur les lieux du crime, et soudain le monde a cessé de tourner à la même vitesse que chez vous les gens semblant faire tacitement une sorte de 100 m haies pour laquelle il n’y aucun prix, si ce n’est la satisfaction de pouvoir glisser au café devant tout le monde « MOI j’ai trop bossé, MOI j’ai révolutionné le monde de l’entreprise, MOI j’ai mis à bas le Taylorisme  grâce à MA vision du boulot à faire ». Mais bon, tel le sage, vous laissez ces gens caracoler pour faire votre boulot qu’il soit intéressant ou non. Lentement, vous commencez à saisir les bribes de conversations et, étonnamment, personne ne parle d’autre chose que de son boulot évidemment plus dur que celui du voisin ou son conjoint plus mou que celui de l’autre. Soudain, une légère décharge vous traverse la colonne vertébrale, serait-ce le décolleté de la secrétaire ? Hélas non, c’est  la peur qui vous tient au ventre et l’effroyable vérité s’impose à vous : il semble que le monde ne se préoccupe plus du superflu, plus personne ne chérit les idées de passage ni les pensées agréables de James Matthew  Barry, père de Peter Pan.

 

ALORS JE DIS NON ! et m’agite  de tous mes membres dans le vain espoir de vous rentrer dans le crâne que le superflu donne sa saveur au nécessaire, et que l’esprit doit se nourrir de tout, de tout le  monde  et de n’importe quoi. Alors lisez, jouez, regardez, parlez, jouissez de ce qui vous entoure parce qu’à l’aube de nos quarante ans, on a le devoir d’être épanoui pour mieux profiter de ce que la vie commencera  à vous ôter.       

Mais oui  VOUS ! Sentez vous visez,  c’est une attaque aussi cruelle qu’injustifiée ;  toi la, qui ne vaut même pas un vous, toi qui perd ton temps à lire cette daube, toi le grouillot que ce monde laisse indifférent  et qui laisse indifférent par son manque d’intérêt. Vous vous enorgueillissez de cette volonté de vous intéresser au détail dont personne n’a rien à secouer, vous jouissez lorsque, des régions les plus reculées de l’esprit, naquit l’idée brillante, THE IDEE, celle qui vous vaudra un pont d’or pour le roman que vous ne publierez jamais parce que c’est déjà du boulot…mais je m’égare et me jette sur toi en te préjugeant pour te post condamner : PAN !

Le verdict est tombé, tu es condamné à lire cette rubrique pour cinq ans avec possibilité d’allègement de peine si tu dénonces quelqu’un (n’oublions pas les traditions françaises).  

Alors je vais vous nourrir de mes idées saugrenues  cette revue de brèves sans le comptoir ; alors accroche-toi lecteur car la folie est au bout de cette phrase, alors que la victoire, elle, est au bout du fusil.



Le Geek Hargneux

Publié dans Tribune libre

Commenter cet article

Bernard Werber 22/04/2009 16:09

Si c'est pour dire à la fin que ce texte est une daube autant prévenir le lecteur au debout, et PAN!

Zanspi 23/04/2009 01:22


Je ne savais pas que j'étais lu par un auteur aussi vendu que M. Werber (que j'ai rencontré d'ailleurs).
Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à ce site et j'espère que le Geek Hargneux et moi même seront des sources d'inspirations pour vous...et peut-être retomberez vous dans les bonnes
grâces de certains (qui sait) ;)


Marcucus 22/04/2009 16:06

Mais il manque des mots ;)

Marcus 22/04/2009 15:15

Amen ;)